lundi, mai 01, 2006

Brouilly et Côte de Brouilly : le Beaujolais évolue pour survivre

A Brouilly, le vignoble est restructuré

De passage en Beaujolais, je rends visite à Claude Geoffray, du Château Thivin, en Côte de Brouilly. Cet excellent producteur se désole à juste titre du marasme dans lequel la région s'enfonce chaque jour un peu plus. Absence de communication sur les crus, désaffection du consommateur, image persistante et désastreuse du Beaujolais nouveau, faillites de vignerons, arrachages de vignes....la situation est grave.
Pourtant, les choses bougent. Une nouvelle forme de négoce haut de gamme, initiée par une poignée de vignerons de talent (Jean-Paul Brun au domaine des Terres Dorées, Olivier Merlin, Nicolas Potel....) , s'efforce de mettre en valeur les meilleures parcelles. La création de premiers crus dans les appellations est à l'étude, sur le modèle de la Bourgogne, ainsi qu'une zone en vin de pays dans laquelle les vignerons pourraient expérimenter. Certains, en secret, s'essayent à de nouveaux cépages (syrah, Gamaret, une variété suisse apparentée au gamay). Les vignerons entreprenants, comme Claude Geoffray, restructurent les vignes en palissage grâce à l'arrachage de certains pieds pour permettre le salutaire passage du tracteur et favoriser le labour des sols (cf Photo ci-dessus).
Il y a donc du mouvement dans l'air, et il était temps....le magnifique millésime 2005, espérons-le, devrait séduire les consommateurs. Au Château Thivin, le Côte de Brouilly 2005 tout juste en bouteille est un vin superbe, mûr, plein et soyeux, aux arômes irrésistibles de pivoine, de poivre et de fruits rouges. (15,5).
Le Côte de Brouilly cuvée La Chapelle 2005 est une réussite éclatante, dans un style moderne et intense, avec un corps plein, tendu, minéral, tout en matière et en glycérol, velouté, très long et épicé, idéalement frais. (16,25).

Vendus entre 6 et 12 €, les Brouilly et Côte de Brouilly 2005 sont parmi les meilleurs affaires de tout le vignoble français en ce moment. Adressez-vous à Laurent Martray et Château Thivin pour des vins modernes et denses, au domaine du Soulier ou au domaine des Terres Dorées pour des vins qui privilégient le fruit et la finesse. Georges Viornery et le domaine des Roches Bleues sont également réguliers. Un ton en dessous, les châteaux de la Chaize et de Pierreux sont également recommandables.

1 Commentaires:

At 3:05 PM, Anonymous Fabrice said...

Je suis content de lire des gens parler de Brouilly de cette façon. Effectivement, en dehors du fait que l'image du Beaujolais souffre de la notoriété de cet immonde flacon célébré annuellement dans le monde (dans une atmosphère somme toute très conviviale), les vins de Brouilly, eux, peuvent s'avérer excellents. je pense à ceux que produit Georges Viornery à Odenas par exemple... Malheureusement, le manque de publicité et de dynamisme de cette région lui déservent.

 

Enregistrer un commentaire

<< Accueil